lundi 5 octobre 2015

La fois où je me suis étouffée en écoutant Salut Bonjour



Des histoires comme celle que je m'apprête à vous raconter, on pourrait en écrire tous les jours.

Parce que des mythes en nutrition, il y en a beaucoup et il n'y a pas que Martin Allard--le naturopathe des stars-- qui en répand.

Mais le fait est que ça prend du temps prendre position et expliquer son cheminement de pensées. Ça prend aussi une tribune comme un blogue par exemple.

Eh bien ça tombe bien parce que du temps, j'en ai plus qu'à l'habitude étant donné que je suis en congé de maternité (!) et un blogue: j'en ai un maintenant!

Alors aujourd'hui, je prends position et je vous raconte la fois où je me suis étouffée en écoutant Salut Bonjour week-end.





C'est dimanche matin, je suis avec une amie en train d'expérimenter une recette de gaufres pour les enfants et comme bien des semaines, l'équipe de Salut Bonjour weekend discute à proximité. Seul un écran nous sépare. Je me sens "comme dans leur gang".

Voilà donc que j'entends la charmante Ève-Marie Lortie annoncer que le prochain chroniqueur sera : "Martin Allard, le naturopathe des stars".

La chronique s'intitule "3 mythes parents-enfants concernant la nutrition".

Étant nutritionniste et mère de 3 enfants, ils ont tout mon intérêt. D'autant plus qu'ils sont tous deux forts sympathiques.



Partie 1: Le mythe de Popeye

Ève-Marie:
Ce matin, on s'adresse surtout aux parents, je pense, parce qu'on va faire tomber des mythes concernant la discussion. (Nadine: Good! Ça j'aime ça!)
Le genre d'exemple qu'on donne à nos enfants lorsqu'il est question de nutrition.
Entre autres, quand on dit: "mange tes épinards, tu vas être fort comme Popeye".
(Nadine: Me voilà interpellée à la puissance 10, car j'ai justement signé un texte dans le premier numéro du Bookzine Science & Fourchette à ce sujet. À l'époque où j'étais co-gestionnaire du blogue De la science à la fourchette, nous avions également écrit un billet à ce sujet

Martin:
En fait, c'est un grand mythe, c'est faux. Oui, parce que le fer, il y a 2 types de fer; le fer,là, le métal en fait, le matériau. On sait que c'est fort; on construit des ponts avec le fer. Mais le fer qu'on mange dans nos aliments a rien à voir avec ce fer là.




Ève-Marie:
Avec la force.

Martin : 
Oui. Ce fer là y sert... l'organisme s'en sert comme transporteur d'oxygène, donc pour produire de l'énergie. À ce moment là, ça n'a rien à voir avec la force.
Ce qui a à voir avec la force, c'est nos muscles.
Et nos muscles ont besoin de protéines, idéalement. (Nadine:Idéalement...?) Donc, il faut nourrir nos muscles de protéines pour avoir de la force et non pas le fer. Le fer c'est vraiment pour l'énergie.






(Nadine: Nos muscles ont besoin de protéines POINT à la ligne. Sans les acides aminés dont sont composées les protéines, nos muscles "fonderaient" littéralement. Mais attention, j'aurais beau manger un boeuf à moi toute seule ou 10 kg de tofu ou des pots et des pots de suppléments de protéines, si mes fibres musculaires n'ont pas subi de micro-déchirures (par le biais d'un entraînement en résistance), il sera impossible de gagner de la masse musculaire et de gagner de la force. 
C'est un ensemble.
Et si quelqu'un consomme trop de protéines par rapport à son nombre de micro-déchirures à réparer et par rapport à ses besoins énergétiques, eh bien protéines de super top qualité ou pas, l'excès sera converti en gras même s'il n'y avait pas de gras dans la poudre. TALAM!

Et concernant le fer et la force, je vous fait une petite analogie. 
Même si tu as un "gros char" (lire: de gros muscles), mais qu'il n'y a pas d'essence et que la combustion ne se fait pas, tu ne pourras pas tirer ton "trailer", que ton véhicule soit fort ou pas.
Alors, si tu as de gros muscles, mais pas assez de fer, la force ne servira pas à grand chose.

Ça m'amène à me demander: mais où veut-on en venir avec un tel sujet? 
Ça sert à quoi de parler de force chez l'enfant à heure de grande écoute? 
Est-ce si important que les parents arrêtent de se tromper et de donner des aliments riches en fer à leurs enfants en pensant qu'ils vont devenir forts comme Popeye? 
Qui veut que son enfant devienne fort comme Popeye, de toute façon. 
Un parent ne veut-il pas que son enfant grandisse bien et ait de l'énergie? 
Et pour avoir de l'énergie, le naturopathe des stars l'a dit: ça prend du fer!


Ève-Martie:
Ok. Mais quand même, on dit: mange tes épinards! C'est bon pour la santé..?

Martin : 
Oui, il y a plein de nutriments.
(Nadine: c'est justement ça le mythe, la quantité de nutriments. 
La quantité de fer présente dans les épinards est moindre que ce que l'on a longtemps pensé. 
Ouf, ça va pas bien, je suis sensée visionner une chronique qui défait des mythes, pas qui en crée.)

Ève-Marie:
C'est bon, ça va faire de l'énergie.

Martin: 
Oui, mais la fameuse énigme associée à Popeye c'est pas vrai.

Ève-Marie: 
Regarde; ça plaît pas toujours les épinards, ça fait faire des grimaces.

Image présentée à Salut Bonjour le 6 octobre 2015 dans la chronique de Martin Allard
(Nadine: N'importe quoi...)

Partie 2: Les suppléments pour les enfants

Ève-Marie: 
On entend des fois que les enfants n'ont pas besoin de suppléments.

Martin: 
Oui, ça, en fait, c'est pratiquement un mythe. Ça dépend du point de vue. 
(Nadine: bien est-ce que c'est un mythe ou non? C'est pas clair. Parce que le titre de la chronique c'est "les mythes "parents-enfants" concernant la nutrition", ça porte à confusion.)
Ça dépend des besoin aussi de l'enfant, ça dépend comment se nourrit l'enfant, dans quelle activité il est, où il est dans sa phase de croissance aussi. (Nadine: donc si on entend des fois que les enfants n'ont pas besoin de suppléments, ça se peut, c'est ça ?) 
Mais moi, il y a 3 suppléments que je recommande souvent à des enfants au niveau de la clinique. 
(Nadine: ah bien tiens donc: je suis surprise (ironie) )

Les multivitamines

Évidemment, c'est les multi-vitamines pour certains enfants qui ont tendance à moins manger de légumes, moins manger de fruits.
(Nadine: Mais à quoi donc est-ce que je pensais? Pourquoi persévérer et encourager nos enfants à manger des fruits et légumes quand on peut donner un simple comprimé à la place? 

Note: Madame, monsieur, je suis sérieuse: si vous craignez que votre enfant développe une carence, consultez votre médecin et/ou un(e) nutritionniste afin de le faire évaluer, il y a tellement d'alternatives accessibles.)


Gros plan sur les suppléments

Martin:
Allez vers un p'tit multi-vitamine, il y a des multi-vitamines, des formules, qui sont conçues pour les besoins de l'enfant.
(Nadine: Il y a aussi de lunettes qui sont conçues spécifiquement pour les enfants et on n'en fait pas porter aux enfants sous prétexte qu'ils ne savent pas lire.)

Les suppléments d'oméga-3

Ève-Marie: 
Ouais, pour le poisson des fois ça plaît pas toujours.
Martin: 
Pour les enfants c'est plus difficile effectivement. Donc, il y a différentes formes d'oméga-3, on les a en liquide, on les a en gélules. Pour les enfants, c'est peut-être un peu plus facile en gélule. Les oméga-3 sont importants pour le développement du cerveau chez les enfants et vous devez vérifier la teneur en ce qu'on appelle ADH.
C'est l'acide qui est vraiment spécifique au développement des fonctions du cerveau chez l'enfant.

Ève-Marie: 
Ok?

Martin: 
Encore là, vous avez des suppléments d'oméga-3 qui sont des formules spécialement développées pour ça.

Les suppléments de protéines

Ève-Marie: 
Tu parlais tantôt des protéines qui étaient importantes. On prend aussi des suppléments de protéines pour les enfants?

Martin: 
Pourquoi pas!

Ève-Marie: 
Ah???



EN RAPPEL: 




(Nadine: Est-ce que je suis en train de regarder une info-pub à Salut Bonjour moi là??)

Martin: 
Les enfants des fois ont de la difficulté à manger de la protéine. Des fois y'a des enfants qui veulent pas manger de la viande nécessairement. (Nadine: C'est parce que... des protéines il n'y en a pas seulement dans la viande. Pensez aux végétaliens). Donc, il y a des façons faciles d'ajouter de la protéine à nos aliments et la poudre de protéine concentrée c'est probablement le supplément le plus facile à incorporer à notre alimentation.
(Nadine: Des fois, mes petites ne voulaient pas se rendre à la toilette pour faire leurs besoins nécessairement. Donc, je me suis dit qu'il y avait des façons plus faciles de régler le problème et j'ai décidé de leur laisser une couche! (ironie) )
Et, donc, j'ai un petit exemple ici, j'sais pas si on le voit bien.

Ève-Marie: 
T'as fait des crêpes!

Martin: 
J'ai fait des crêpes moi ce matin. Trois ingrédients: de l'avoine, des oeufs et puis de la poudre de protéines. J'ai mis ça dans le "blendeur", dans un mélangeur. J'ai mis ça dans un poêlon. En dedans de 40 secondes, j'ai bâti 2 belles crêpes que les enfants adorent. On met de la saveur. On met de la vanille. Y'en a qui vont mettre un p'tit peu de pépites de chocolat, des fruits.

Ève-Marie: 
Ben, pourquoi pas des bleuets!

Martin: 
Donc on vient de donner des crêpes à nos enfants, protéinées, à ce moment là.

Ève-Marie: 
Ouais, on parle pas ici de faire un shake...




Martin: 
Ah non non là, ça c'est pour les sportifs. Peut-être des adultes, des adolescents. Mais les enfants veulent manger des crêpes!
(Nadine: Ah ben non hein, de la poudre de protéines mélangée avec de l'eau ou du lait  dans un shake c'est vraiment différent de la poudre de protéines mélangée avec de l'avoine et des oeufs! Rien à voir avec un shake, vraiment ?)





Partie 3: Les desserts au souper et l'hyperactivité

Ève-Marie: 
Les desserts, surtout au souper, sont des excitants et augmentent l'hyperactivité? Vrai ou faux?

Martin : 
Ha! Ha! Ça c'est complètement faux! 
(Nadine: Bravo Martin! Un morceau de robot!!!)
Oui, c'est complètement faux. Il y a eu des documents de portés là-dessus, des études qui ont été avancées à ce niveau là...Faut comprendre une chose...

Ève-Marie: 
Oui, entendons-nous sur le mot dessert.

Martin: 
Il y a 2 types de desserts. Il y a des desserts qui sont simplement sucrés et le sucre n'est pas un excitant. 
Le sucre est tout simplement un combustible d'énergie. 
(Nadine: un combustible d'énergie, vraiment?)



Martin: 
C'est certain que si l'enfant, qui est dans nos partys, que les adultes s'amusent, y'a de la musique, ça va bien, y sont entre cousins et cousines; sont en momentum d'excitation déjà.

Ève-Marie: 
(Acquiesce) C'est vrai...

Martin
Si on lui donne des sucres, évidemment...

Ève-Marie: 
Des bonbons là, wouhouuu!!

Martin: 
Des bonbons ou un dessert sucré..Ben là, on rajoute à ça un combustible d'énergie; énergie + excitation, là on a le "terrible two" là probablement qui se produit.




Ève-Marie: 
Mais on a d'autres choses à gérer.

Martin: 
Oui, c'est ça. Mais il y a aussi d'autres formes de desserts qui vont contenir, par exemple, du chocolat. Donc, il va y avoir du chocolat ajouté au dessert, évidemment, c'est souvent le cas. Le chocolat contient un excitant qu'on appelle la théobromine qui est une soeur jumelle à la caféine tout simplement. Et on sait ce que ça fait la caféine: ça nous excite. Donc, chez l'enfant ça va l'exciter aussi. Et si on a un dessert...

Ève-Marie: 
Hummm

Martin:
(...) qui est au chocolat avec du sucre; ce qui est souvent le cas, ben là on a les 2; on a le combustible et l'excitant. Donc n'ayez pas peur de donner peut-être un petit dessert moindrement sucré à vos enfants le soir parce que le dessert ça fait partie de l'alimentation de l'enfant (!), là, faut se le dire.
Exemple, j'vous donne un p'tit exemple ici ce matin là. 
Un yogourt grec (Nadine: ouf, à vous écouter monsieur Allard, on croirait vraiment que les petits québécois manquent de protéines--le yogourt grec étant plus riche en protéines que le yogourt régulier), ça peut être à la vanille, dans lequel là on peut rajouter un peu de céréales là, s'il le faut. C'est pas trop grave (?). Il va y avoir des sucres, oui, mais ce ne sera pas un excitant, ça va être une simple gâterie pour l'enfant le soir. 


Partie 4: bagel ou tranche de pain?

Ève-Marie: 
Heille Martin, vite, vite avant de quitter. Au déjeuner, on dit souvent: "prends un bagel, c'est plus nourrissant que des tranches de pain ordinaires".
(Nadine: Honnêtement, est-ce qu'il y a vraiment des gens qui disent ça? Parce qu'en 10 ans de pratique, j'en ai entendu des mythes, mais jamais celui là!)

Martin : 
Faux. En termes nutritifs, c'est la même chose, mais sachez que le bagel, équivaut à environ 4 tranches de pain. (!!!!!!!!!!)


Martin:
C'est plus dense, ça l'a 3 fois plus de glucides dans un bagel que dans une tranche de pain. (!!!!!!)

Ève-Marie: 
Donc, il y a un peu plus de calories aussi là-dedans.

Martin : 
Exactement, donc, c'est la même nutrition;
(!)
mais c'est plus de calories en bout de ligne.
(?)
(Nadine: Selon le guide alimentaire pour manger sainement, 1/2 bagel équivaut à 1 tranche de pain. Donc 1 bagel entier équivaut à 2 tranches de pain. 
1 + 1 = 2
Avez-vous dit 4 ?

Voici, à titre indicatif, un tableau d'équivalence à partir d'informations fournies par Le fichier canadien des éléments nutritifs:

Comparaison des valeurs nutritives d'1/2 bagel et d'1 tranche de pain 


Ève-Marie: 
Merci beaucoup Martin!

Martin: 
Merci beaucoup, bon matin!


Conclusion

Je suis en deuil de "ma gang" de Salut Bonjour weekend...

Je ne suis pas experte en beaucoup de choses, mais la nutrition je l'étudie et je l'enseigne depuis 15 ans. 
Si je me rends compte que l'information véhiculée à propos de la nutrition est erronée, il est certain que je m'interroge à propos de la justesse des propos tenus par les autres chroniqueurs qui abordent des sujets que je ne maîtrise pas.

Les gens qui sont invités à nous transmettre de l'information sont-ils de véritables experts ou simplement des gens charismatiques et populaires? 


Nous avons été plusieurs à noter cette situation problématique sur la page Facebook de Salut Bonjour. À titre d'exemple, voici ce que j'ai écrit:




Et voici ce que l'équipe de Salut Bonjour m'a répondu:







C'est ce qui complète l'histoire de la fois où je me suis étouffée en écoutant Salut Bonjour un dimanche matin.

Restez à l'affût; au cours des prochaines semaines je compléterai ce billet en expliquant pourquoi il n'est pas recommandé d'offrir d'emblée des suppléments aux enfants.

38 commentaires:

  1. Merci pour ce billet! Je ne suis pas nutritionniste, mais même-moi je trouvais que ça n'a pas de sens ce qu'il dit. Ils devraient fait appel plus souvent à des nutritionnistes et non des naturopathe lors de chroniques.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonsoir Geneviève, vous êtes la première à avoir commenté mon blogue. Je vous en remercie beaucoup :) Savez-vous, je crois que chaque approche mérite d'être mise en valeur. Malheureusement, les gens qui accèdent à une tribune populaire ne parviennent pas toujours à le faire..

      Effacer
  2. Dommage qu'il fasse passer les naturopathes pour des incompétents... Il y a d'excellentes écoles qui ont une approche scientifique et holistique à la fois. D'ailleurs il ne mentionne nul part sur son site d'ou provient son diplôme... qu'il a eu il y a plus de 20 ans, bien des choses ont changé depuis!!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec vous, c'est bien dommage.

      Effacer
  3. Super d'accord avec ton billet! Mais attention, les naturopathes peuvent tout aussi bien guider qu'un nutritionniste sur la saine alimentation (sinon plus dans certaines sphère de l'alimentation); tout dépend toujours des connaissances de la personne! Prend Isabelle huot, oui elle est nutritionniste mais bien franchement ces conseils valent pas grand chose non plus!!!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je me répète, mais je suis pour la présence de différentes écoles de pensées. Toutefois, la formation en naturopathie peut tellement varier selon les milieux d'enseignement qu'il est difficile d'assurer à la population un service uniforme d'un professionnel à l'autre. Mais il ne faut pas mettre tous les oeufs dans le même panier. C'est vrai que les compétences sont souvent fonction de l'individu, mais appartenir à un Ordre Professionnel est un gage de compétences. Il y a un peu moins d'écart possible entre les extrêmes. Qu'en pensez-vous?

      Effacer
  4. Tellement dommage, cette lutte entre nutritionniste et naturopathe! Tel que le mentionne la personne avant moi, je connais d'excellents naturopathes (et je veux bien m'inclure ici!) qui prônent la saine alimentation et qui n'ont pas juste le goût de promouvoir leurs lignes de suppléments naturels!

    J'imagine que pour Isabelle Huot, ça doit être différent puisqu'elle est nutritionniste...elle ne fait jamais du pub, surtout pas pour sa gamme de produits, ni pour la boulangerie St-Méthode!

    Je rêve de ce monde où les gens vont se rassembler plutôt que d'essayer de se nuire. J'ai déjà fait une beau projet avec une nutritionniste. Je connais des gens qui ont consulté des nutritionnistes qui sont très satisfaits des services reçus. Et je connais aussi des gens qui ont consulté des naturopathes et qui ont grandement amélioré leur santé.

    Alors, je dis non à tous ceux qui passent à la télévision dans le but de promouvoir leurs gammes de produits (peu importe leur profession) Je dis aussi non au dénigrement des professionnels de la santé qui ont des études pertinentes et qui travaillent fort pour aider les gens à prendre leur santé en main.

    Que celà ne vous déplaise, la prise de suppléments naturels peut grandement aider certains individus, selon la problématique. Je suis une de ces personnes qui a bénéficié de la prise de suppléments, bien choisis et bien dosés. Merci de ne pas mettre tout le monde dans le même panier!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'apprécie votre point de vue Nathalie et je partage avec vous le souhait qu'on se rassemble plutôt que d'essayer de se nuire. J'ai hâte de voir ce que vous penserez de la suite de ce billet lorsque je donnerai mon point de vue par rapport à la supplémentation chez l'enfant. Au plaisir de vous relire.

      Effacer
    2. Nadine n'a pas du tout parlé de ''tous les naturopathes'' vs ''toutes les nutritionnistes, vous participez à créer cette ''lutte'' comme vous dites!

      Effacer
  5. Je ne vois nulle part un dénigrement envers les naturopathes dans le texte? Il est certain que des naturopathes ont comme vous un souci envers la saine alimentation ce qui est très bien.
    Un problème qui demeure toutefois avec la naturopathie est que le titre n'est pas réservé et il n'y a donc aucun gage lorsque on va en voir un qu'il a suivi une formation de qualité, ni même de formation tout court, puisque n'importe qui demain matin peut s'improviser naturopathe et peut porter ce titre. Cela demeure un problème qui nuit à votre groupe.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Effectivement, cela est clairement problématique et bien dommage pour ceux qui étudient consciencieusement.

      Effacer
  6. Je garde matassedethe dans mes favoris...!

    RépondreEffacer
  7. Bien d'accord qu'il est difficile de cerner les personnes compétentes en naturopathie puisque maintenant, certaines associations ont mis plusieurs choses sous le chapeau de la naturopathie. Je dois vivre avec ce problème à tous les jours! Mais si les gens s'informent, il y a des associations sérieuses en naturopathie qui ne font pas du n'importe quoi...

    Disons que quand je vois un commentaire sous ce texte FB qui dit consultons de réels professionnels (jusque là, ça va), mais que Mme Bonneville réplique: en plus, c'est souvent moins cher!... disons que ça m'a fait réagir. Si ce n'était pas du dénigrement, j'ai tout de même senti une pointe d'amertume envers ma profession car j'imagine qu'elle ne parlait certainement pas de nutritionnistes qui pourraient charger plus cher!

    Parfois, quand on s'exprime, la ligne est mince vers les sous-entendus et les interprétations (et je m'inclus ici aussi, je suis humaine...) Tant mieux si tout le monde s'entend pour travailler pour la santé du public avec professionnalisme, dans le respect des uns et des autres.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que vous preniez soin de commenter. Oui, la ligne est mince. Je vais faire le tour des commentaires demain à tête reposée, retrouver celui-ci et m'expliquer. Loin de moi l'idée de dénigrer qui que ce soit et encore moins une profession ou une autre. Un travail ou un autre. Je comprends maintenant que par réels professionnels, vous avez vu une allusion à "membre d'un Ordre professionnel", alors qu'à première vue pour moi il était question de faire affaire avec quelqu'un de formé et d'à jour dans son domaine.

      Effacer
    2. Je crois en votre bonne intention en ayant écrit ce billet, Nadine. Merci de votre réponse. :)

      Effacer
  8. Bonjour,
    votre article est tout de même bien mais peut-être qu'à l'occasion vous cherchiez "des poux là où il n'y en avait probablement pas". Vous commentez (dans votre article) le moindre mot, la moindre parole, phrase dite soit par Martin Allard ou Eve-Marie Lortie, alors qu'on sait que dans une conversation du genre, il peut y avoir des lapsus, des erreurs, parler trop vite, mal compris etc.

    De plus, et c'est mon souhait le plus sincère, j'ose croire que vous ferez le même travail envers votre consœur Isabelle Huot. Car Mme Huot, elle aussi en terme de désinformation, méconnaissances de certains sujet, domaine, biais, elle ne donne pas sa place. De plus, elle aussi est passée maîtresse dans l'art de vendre des produits, plusieurs fois par mois (parfois même à toute les chroniques) elle mousse ses propres produits, et quand ce n'est pas ces produits ce sont d'autres marques et étrangement, toujours les mêmes marques. Allez-vous le faire?

    Merci

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Nico! Je suis d'accord avec vous, il peut facilement se glisser des incompréhensions en communication verbale comme écrite et ce qu'on souhaite parfois transmettre comme message peut être perçu d'une toute autre façon. Vous voyez, je le vis un peu actuellement. Mon objectif est de contribuer un tant soit peu à réduire la désinformation dans le domaine de la nutrition. Toutefois, selon les intérêts et croyances des lecteurs, ils perçoivent différentes choses auxquelles je n'avais pas nécessairement pensé. Certaines personnes partage même mon billet en faisant passer leur propre message à propos d'un point de vue que je n'ai pas du tout. Ça fait partie des réalités de l'utilisation des médias sociaux. Pour ma part, je n'aurais pas pris soin d'écrire un tel billet pour dénoncer simplement la promotion d'un produit, c'est là chose fréquente. Mais lorsque j'ai vu que M.Allard laissait entendre que c'était correct d'offrir des suppléments de protéines à des enfants, de les ajouter à des crêpes même (!), alors là je me suis dit qu'il n'avait clairement pas fait ses devoirs, qu'il ne saisissait pas bien les nuances de la nutrition et que le laisser porter le chapeau d'expert en nutrition était clairement une imposture. En utilisant le verbatim, je souhaitais imager mon opinion et amener les lecteurs à comprendre pourquoi j'étais en désaccord avec le contenu, ce qui n'est pas évident à faire en quelques lignes, du moins pour moi présentement. Concernant ma consoeur Isabelle Huot, je n'ai pas noté à ce jour de désinformation de sa part en fonction de la littérature, mais ce qui est bien, c'est qu'elle est membre d'un Ordre Professionnel (l'OPDQ) et donc, elle doit répondre aux normes du Code de déontologie. Ainsi, si vous notez qu'un(e) nutritionniste présente de la désinformation, vous pouvez communiquer en tout temps avec l'OPDQ et porter plainte. Ainsi, le/la nutritionniste risque et peut perdre sa licence. Alors, pour répondre à votre question, oui, si je voyais qu'un(e) nutritionniste ne respectait pas le code de déontologie, je porterais plainte. Dans le présent cas, j'ai fait usage du blogue car monsieur Allard ne fait pas partie d'un Ordre Professionnel. Ainsi, malheureusement, il n'y a pas de recours autre que d'en parler sur la place publique.

      Effacer
    2. Merci de votre réponse.
      Bon je ne veux pas nécessairement m'acharner ni m'attarder sur une nutritionniste, mais pour Isabelle Huot les erreurs et les désinformations sont tout de même monnaies courantes. D'affirmer que le régime hypotoxique ou même le paléo est un régime pour perdre du poids c'est une erreur monumentale. Concernant le gluten même chose, mais là dessus vous tous les nutritionnistes penchez toujours du même côté.

      Pour ce qui est des protéines en poudre, ou même des oméga 3, quelle est le mal pour des jeunes? J'ai aussi des parents qui me consultent à propos de leur enfant et qui sont totalement incapable de faire manger autre chose que des toasts, des céréales (pour enfant) ou des crêpes (mais pas des crêpes santé... avec farine blanche et tout!) le matin à leur enfant. Même le yogourt grec le matin ne passe pas. Lorsque ces mêmes parents essaient par exemple des crêpes à base de farine de coco, oeufs et protéines en poudre (ou même des muffins avec sensiblement les mêmes ingrédients) les enfants en raffolent et en redemandent. Alors, vous suggéreriez donc de ne plus servir ce genre de crêpes aux enfants? Il ne s'agit pas de bourrer l'enfant aux protéines en poudres, même si c'est un sportif de haut niveau, mais bien de lui donner une source de protéines à l'occasion là où ça peut passer comme une lettre anonyme, ou encore de lui donner une source de protéines qui peut tout de même avoir bon goût car on sait que les enfants, même s'ils n'ont pas besoin de grandes sources protéines (quoiqu'ils sont tout de même en croissance) ils ne consomment pas beaucoup de protéines.
      De toute façon, je préfèrerais donner des protéines en poudre plutôt que des pattes d'ours comme collation comme cela a déjà été suggéré par justement Mme Huot à Salut Bonjour l'an passée.
      Pour l'oméga 3, certains médecins même recommandent aux parents d'en donner aux enfants, surtout à cet âge-là disent-ils, et surtout s'il est tdah.

      Pour terminer, Martin Allard n'a pas tenté de vendre ses propres produits/suppléments, à aucun moment il a dit où se procurer ses produits, le contacter etc., mais je ne vois vraiment ce qu'il a fait de différent de ce que Isabelle Huot fait dans à peu près toutes ses chroniques télé où elle suggèrent aux gens d'acheter ses produits kilo solutionet où se les procurer.

      Pour les plaintes au niveau de l'ordre, peut-être que ce sera à envisager un jours mais je doute obtenir des réponses satisfaisantes, je préfèrerais contacter ladite ou ledit nutritionniste en question, quoique ça déjà été fait deux fois, auprès de l'émission l'épicerie avec Karine Levy et Isabelle Huot dans le journal de Québec/Montreal mais les deux fois mes messages ont été sans réponses.

      Merci

      Effacer
    3. Rebonjour, j'apprécie notre discussion. Le problème dans le cas de la chronique de dimanche matin n'est pas à mes yeux la vente de produit. Le problème, c'est que les informations transmises étaient mal adaptées à un large public et n'était pas en tout temps fondé sur des données probantes. Je vais m'appliquer à rédiger un billet au cours des prochaines semaines dans lequel j'expliquerai à l'aide de données probantes, pourquoi il est dangereux de conseiller sans évaluation ou mise en garde la supplémentation auprès des enfants. Au plaisir d'obtenir à nouveau votre point de vue.

      Effacer
    4. Nico.

      Tu soulèves des points qui n'ont même pas rapport avec l'article. Pourquoi parler de Isabelle Huot? Aucun rapport.

      Es tu naturophate toi-même? Tu semble très sur la défense et d'avoir prit personnellement la critique contre les propos de M. Huard, qui sont tout à fait justifier en passant.

      Le paléo est souvent proposé comme une méthode de perte poids efficace. En quoi est-ce une erreur monumentale? A part dans des études court terme sur des marqueurs de risques, nous n'avons aucune donnée a savoir si ce type d'alimentation est bon pour la santé sur le long-terme. Et la science est relativement claire sur le gluten, la majorité des gens n'ont pas besoin de l'éviter, et le bienfait que ressente la majorité des gens lorsqu'ils réduisent/éliminent le gluten vient plutôt d'éviter les FODMAP que certaines personnes ne digère pas bien. Pourquoi essaies-tu de discréditer les nutrionnistes en soulevant des points qui n'ont aucun rapport avec l'article?

      L'utilisation de suppléments alimentaires chez l'enfant devrait être une décision prise sous les conseils d'un pédiatre ou d'un nutritioniste spécialisé en pédiatrie, et non pas basée sur une chornique de 5 minutes le dimanche matin par un naturopathe dans un média populaire qui recherche, généralement avant toute chose, le sensationalisme.

      Il y a un clair conflit d'intérêt dans le cas présent ou M. Allard fait la promotion d'un produit qu'il vend lui même pour une population dont l'intérêt peut fortement être débattu. Peux tu me justifier scientifiquement qu'un enfant a généralement besoin d'un supplément de protéine?

      « Protéine en poudre vs patte d'ours » est un faux dilemme. Il existe un meilleur choix que ces deux là. J'espèere que ce n'est pas tout ce que tu connais de la nutrition.

      Ta réponse est pleine de raisonnement fallacieux.

      Effacer
  9. Que les naturopathes sont susceptibles! Aussitôt qu'ils perçoivent l'ombre d'un iota d'une critique et ils montent au créneau! La réalité est que la naturopathie n'est pas régie par un ordre professionnel, n'importe qui peut s'improviser naturopathe et souvent, ceux-ci tentent simplement de vendre des produits dits "naturels" comme M. Allard dans la chronique de Salut Bonjour. Mme Bonneville, vous êtes bien patiente de prendre le temps de leur répondre avec autant de diplomatie... même s'il n'y avait aucune critique de la naturopathie comme tel dans votre billet. Seulement des remarques concernant les faits erronés et les contradictions présentés par ce M. Allard.

    RépondreEffacer
  10. Bonjour Nadine, tout d'abord WOW félicitation pour ce merveilleux blog. Je t'écris car je me demandais pourquoi c'est gens la on le droit de passer à la télé parler de leur produit vendre des truc. Je ne comprend vraiment pas pourquoi, car ils y a des gens comme toi qui été a l'université qui a fait des grosse étude pour devenir ce qu'on appel une Professionnel de l'alimentation tu a acquit plein de connaissance face à l'alimentation alors vraiment plus crédible, du même coups même moi qui étudie en Technique Diététique je vais pouvoir me considérer à la fin de mes études comme professionnelle de la sainte alimentation qui déjà la plus crédible que ces naturopathe. Alors j'aimerais bien savoir pourquoi continuer à accepter qu'il donne des conseils sur l'alimentation à tous. De plus, il y a beaucoup de scandale consernant ce type de métier la à cause de leur façons de faire et on continue des acceptés. Je tien aussi à précisé que je ne suis pas contre ce métier la en particulier, mais plus sur le fait qu'il ce donne le droit de conseiller les gens sur de quoi qu'il y a des gens qu'ils ont étudier pendant des années pour s'assurer de propager les bonnes information. J'espère que tu saura être capable de me donner une réponse :)

    Merci beaucoup et j'espère te revoir bientôt :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Maxime, je ne peux pas te fournir une réponse à ta question, mais seulement une opinion, une vision des choses. Premièrement, il y a la liberté d'expression. Ce ne serait pas correct je crois de laisser seulement les gens provenant d'une école de pensée parler d'alimentation sur la place publique. Les nutritionnistes sont reconnus par le code des professions comme les seuls professionnels de la santé experts de la nutrition humaine. Tu comprends que si on suit cela à la lettre, cela signifie que quelqu'un comme toi, qui a étudié 3 ans en techniques diététique n'aurait pas le droit d'exprimer son point de vue par rapport à la nutrition, ce qui n'a pas de sens, à mon avis. Deuxièmement, d'un point de vue clinique, pour réglementer un acte (ex: si on voulait que seuls les nutritionnistes aient le droit d'aider les gens pour toute question de poids--admettons) cela prend beaucoup de ressources. D'abord, il faudrait démontrer la pertinence de réglementer un acte, ensuite il faudrait faire reconnaître ses compétences en tant que professionnels, puis il faudrait que cela soit adopté au gouvernement et si, enfin, l'acte était réglementé, il faudrait avoir les ressources financières pour "payer une police" qui veillerait à s'assurer que ce réglement soit respecté. Je pense qu'en dénonçant la désinformation en nutrition et les risques qui y sont associés, on fait notre part. Et si on fait tous ensemble notre grosse part en se respectant mutuellement les uns les autres, je me dis que ce qui en découlera ne pourra pas faire autrement que d'être positif et d'améliorer les choses. Bonne session Maxime!

      Effacer
  11. Merci d'avoir soulevé cet exercice de désinformation. Cette semaine, Martin Allard a présenté une chronique à la radio sur les valeurs nutritives de certains aliments crus et cuits, il y présentait des absurdités tellement énormes que ce sont les animateurs qui rectifiait l'information! Je crois que M. Allard est en perte de crédibilité grand V.

    RépondreEffacer
  12. Votre sarcasme et vos thèses hautaines sur un topo de 4 minutes ½ ne me persuade du tout, mais pas du tout de vos capacités.

    Au lieu de nuancer, vous généralisez sur un sujet qu'elle est sensée être en contrôle.

    Et l'affaire du bagel, wow.
    On peut facilement trouver un bagel à 320 calories et du pain à 80 calories la tranche... surtout si l'on ne focus pas sur le pain blanc.

    Vous êtes la reine du spectacle.
    Ah, et en passant, je donne des OMÉGA-3 à mon fils de 3 ans. Parce que je ne peux lui faire engloutir 1 filet de saumon ou une boite de sardine par jour.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur Morin. Vous avez le droit à votre opinion à mon sujet. Le but visé par le billet était de dénoncer la désinformation au sein de cette chronique présentée à une heure de grande écoute. Si vous me lisez au fil du temps, chose que vous ne ferez pas j'imagine bien compte tenu de l'opinion que vous semblez avoir à mon sujet, vous verrez que je ne suis pas du tout sarcastique ni hautaine. J'ai utilisé une figure de style afin d'attirer le lecteur. J'imagine que cela a dû fonctionner puisque vous me donnez le titre de reine du spectacle. En terminant, laissez-moi vous expliquer que lorsqu'on transmet des informations "grand public" en peu de temps, comme c'est le cas dans une chronique télévisuelle ou un billet, il faut se baser sur des chiffres qui représentent la moyenne. La seule base de donnée qui le permet à propos de la valeur nutritive des aliments est "Le fichier canadien sur les éléments nutritifs". Ainsi, les chiffres que j'ai présentés dans mon billet à propos du pain et du bagel proviennent de cette source, sinon de quel bagel ou de quel pain parler? Il y a tellement de variation. Ce sont ces chiffres que j'ai présenté, car quand on s'adresse rapidement à un large public, il faut viser la moyenne pour être le plus près de la vérité. Mais c'est sûr qu'il y a un monde de nuances et de possibilités. Si quelqu'un me demande quelle température il fait au Canada l'hiver, je vais lui dire la moyenne pour le Canada et non pour la province de Québec. Alors si on me demande combien il y a de tranches de pain dans un bagel, je répond en fonction des chiffres provenant de la base de données canadiennes et non du bagel et du pain qui se trouvent dans mon réfrigérateur. Concernant les oméga-3, je suis surprise par votre commentaire. Aie-je avancé que la supplémentation n'était jamais recommandée?

      Effacer
  13. Merci de votre réponse, j'apprécie. Mais je serai bref car ouvrir un débat à ce niveau serait interminable.
    En santé, la tangente que veut notre société à tous les niveaux est que ce soit BLANC ou NOIR.
    Et c'est là, à mon avis, où nous vivons notre pire échec face à ce sujet.

    Dans bien des aspects, surtout les plus pointilleux, c'est une tonte de gris. Que ce soit gris pâle ou gris foncé, nous sommes tous dans l'ambiguïté et à risque d'être dans l'erreur.

    Mais qui a raison, ou pire, pouvons-nous avoir tous tord à la fois?

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. La nutrition est une science et la science est établit à partir de la méthode scientifique. La méthode scientifique s'appuie sur les statistiques et les probabilités. Ainsi, tout en science est une zone de gris. Personne n'a jamais la réponse absolue. Nous n'avons que des probabilités. Maintenant, tu peux décider que 80% de chance d'éviter X en faisant Y est assez pour toi, et décider de faire Y, ou tu peux continuer à te dire qu'il reste un 20% d'incertitude et ne pas agir. Cet incertitude ne justifie pas de dire et de faire n'importe quoi juste pare que on est pas sûr à 100%. Dans le doute, un professionnel avec les connaissances et l'expérience sera en mesure de mettre une situation particulière en perspective et d'orienter l'individu.

      Effacer
  14. Bonjour Nadine Bonneville
    Merci de l’intérêt que vous portez envers mon travail. Je trouve par contre votre jugement très sévère envers mes propos, beaucoup d’éléments de ma chronique sont informatifs et d’autres sont simplement proposés en tant que solutions alternatives nutritionnelles.
    Je trouve malheureux que ce fossé idéologique persiste entre les naturopathes et les nutritionnistes. Je considère important de s’unir au lieu de se combattre, malgré des approches différentes et ce, pour le bien des gens pour qui nous nous sommes engagés pour leur bienêtre.
    Je suis naturopathe, praticien en clinique depuis 24 années, diplômé ANNSPQ (et membre du comité de discipline) Sachez que j’assume tous mes propos justifiés par mon expertise et expérience. Je suis le seul responsable de mes paroles n’en veuillez donc pas à TVA et Salut Bonjour.

    Martin Allard, N.D.(Phy.), Phy.A.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur Allard, vous faites face à la controverse et avez le courage de donner votre point de vue sur ce blogue, ce que je respecte énormément. Je trouve également malheureux ce fossé idéologique entre les approches, mais là n'est pas du tout la question. Votre chronique n'était tout simplement pas adaptée à un large public familial et ne présentait pas les mises en garde qui auraient été de mise. Voilà tout.

      Effacer
    2. Je suis nutritionniste et j'aurais aussi vivement réagit si une personne de ma profession avait tenu les mêmes propos. Ce n'est pas qui a parlé ou de quelle profession qui est discutable, mais bien le propos. Il ne faut pas confondre avec une problématique de profession.

      Effacer
  15. Ce qu'il y a de plus déplorable dans toute cette histoire c'est que la protéine en poudre est une excellente alternative sans danger qui peut être utilisée comme outil et non comme nutrition de premier plan dans l'obtention d'un apport protéiné idéal chez les enfants. Il ne faut pas supplémenter à tout prix mais il est bien de savoir que cette poudre qui semble tant démonisée par certains à beaucoup de bon coté pratique. Le tout est dans l'équilibre. J'aimerais bien voir la population en générale consommer 5 à 12 portions de produits céréaliers comme le guide alimentaire canadien l'indique car on s'entend qu'ici aussi il y a place à interprétation. En terminant, je suis d'accord que ce n'était pas la plus grande chronique de nutrition que j'ai entendu de toute ma vie mais selon ce que j'ai pu voir à la télévision, ce n'est pas le pire non plus.

    RépondreEffacer
  16. Avant de dire qu'un enfant ou un adulte manque de protéines, on doit faire une évaluation nutritionnelle qui confirme ce fait. Seule la profession de nutritionniste-diététiste est habilitée à faire cette acte qui nous est réservé, considérant une formation universitaire. Je suis nutritionniste en pratique privée depuis 2005, dans ma pratique la catégorie de personne qui manque de protéines, sont davantage les personnes âgées et non les enfants. En général, en Amérique on mange trop de protéines et gras et insuffisamment de glucides, d'ou notre haut taux de maladie cardiovasculaire. De plus, la nutritionniste est surveilllée par son ordre professionnel. Si on aurait donner de l'information biaisée et "plugger" des produits tel que l'a fait Martin Allard, on ne pourrait plus pratiquer tout simplement.

    RépondreEffacer
  17. Pour les parents qui préfèrent ne pas donner de suppléments à leurs enfants, je vous partage un billet de blogue que j'ai rédigé et qui donne quelques pistes d'action pour inciter les enfants à adopter de saines habitudes alimentaires (par exemple, manger des légumes et du poisson).

    http://www.terroirsquebec.com/blog/post/2014/09/10/developper-les-saines-habitudes-alimentaires-chez-les-enfants/

    RépondreEffacer